Accueil > Le Grand Tarbes > Les communes > Bordères-sur-l'Echez

Bordères sur l'Echez

Maire

Christian Paul

Adresse

Mairie de Bordères sur l'Echez
65320 Bordères sur l'Echez
Tél. : 05-62-38-94-94
Fax. : 05-62-53-11-99
E-mail : mairie@ville-borderes-echez.fr
Site web : http://www.borderes-echez.com/

Population ( rapport INSEE 2012)  : 4 311 (population totale)

Géographie

La superficie totale de Bordères sur l’Echez est de 1.595 hectares. Son paysage est constitué principalement de plaines, à l’exception de la partie Ouest occupée par le Bois du Commandeur, poumon de verdure, très fréquenté par des promeneurs et des sportifs. L’altitude moyenne de Bordères-sur-l’Echez est de 300 mètres avec un point culminant, dans le bois, à 378 mètres.

Histoire

La bourgade s’établit à l’origine sur une ancienne villa gallo-romaine située près du château d’Urac avec, en contrebas, la rivière de l’Echez. Aux alentours des années 800, la communauté locale entreprit volontairement d’agrandir son patrimoine en défrichant bois et landes, et en construisant une chapelle. En 1148, afin de les récompenser, Pierre de Marsan, comte de Bigorre, sa femme Béatrix et son fils Centulle, placèrent les Borderais sous la protection d’un nouvel ordre, l’ordre des Templiers.

Cet ordre fut créé en 1118 par dix chevaliers mais ce ne fut qu’en 1128 que le Concile de Troyes en fit un ordre religieux après qu’ils eurent adopté une règle, créée à leur intention par saint Bernard. L’ordre des Templiers avait pour but la surveillance des lieux saints.

Sous l’administration des Templiers, le village édifia une commanderie fortifiée (actuellement détruite) destinée à recueillir les croisés et pèlerins sur la route de la Terre Sainte. En 1171, BordesHerès se vit remettre sa charte d’affranchissement mais sous la décision du comte d’Orleix, ce droit lui fut confisqué.

Jusqu’à la décision du pape Clément V d’abolir l’ordre, les Templiers, vêtus de leurs beaux manteaux rouges timbrés de la croix (bleue ou blanche) à huit pointes, vécurent paisiblement. La décision pontificale entraîna l’exécution du dernier commandeur des Templiers de BordesHerès à Auch, en 1313, ainsi que la distribution des richesses de l’ordre aux Chevaliers de Saint-Jean de Jérusalem « les Hospitaliers ».

Durant leur long séjour en Bigorre et particulièrement à Bordères, les Hospitaliers (nommés en 1330 les Chevaliers de Malte) agrandirent la chapelle, la transformèrent en 1515, 1650 et 1730, tout en la laissant sous l’égide de la croix à huit pointes.
Dès le 15ème siècle, l’enthousiasme mystique initial s’estompa petit à petit. Un mouvement de repli s’annonca. La Révolution et Bonaparte lui porta le coup de grâce et BordesHerès retomba sous le giron monarchique des Bourbon.

Depuis la Révolution jusqu’à nos jours, aucun fait marquant n’est à signaler. Il ne reste aujourd’hui de la commanderie qu’un pan de mur et le bois du Commandeur, dont l’histoire dit qu’un trésor y serait enfoui... Bonheur à celui qui le trouvera... Il y a environ 1300 ans, en bordure des profondes forêts séparant Tarba des coteaux béarnais de Ger, existaient des granges et des bordes à troupeaux d’où le nom de BordesHères, donné à ce lieu riverain de l’Echez.

Petit à petit BordesHères devint Bordères mais ce n’est que le 30 janvier 1897 que le nom de Bordères/Echez fut installé.

Christian Paul - Maire de Bordères sur l'Echez